Bonjour les Ami(e)s
Moi c’est Laurent et vous, vous êtes sur 30centimes.com.
Dans ce troisième épisode je vais vous parler du scandale de l’arboriculture,
ou en tout cas de celui que je vis de l’intérieur en tant qu’arboriculteur.
En effet, mon client qui est grossiste me demande de livrer les abricots complètement verts,
ça veut dire sans saveur, sans jus et sans qualité.
En plus de cela, c’est ce même client grossiste, qui va déterminer le prix d’achat.
Oui, oui, vous avez bien entendu, c’est comme ça que ça se passe !
C’est le client qui détermine le prix d’achat, un prix qui par dessus le marché m’est donné que seulement
environ 2 mois après la livraison.
Et enfin pour couronner le tout ce prix est souvent inférieur à mon coût de production. Et oui …
Face à cela, pour vous, consommateur, consommateur à qui l’on raconte à longueur de journée de manger
des fruits et des légumes, et bien vous allez retrouver ces mêmes fruits de mauvaise qualité sur les étalages
à des prix prohibitifs, à des prix incroyablement élevés.
Donc en résumé, je ne gagne rien à produire des abricots de mauvaise qualité.
Des abricots que vous allez retrouver sur les étalages à des prix incroyablement élevés.
Donc face à ce constat, que l’on pourrait appeler de terrible et bien j’ai essayé, j’essaie, de mener à bien
ce projet de 30centimes.com pour tenter de changer changer les choses.
C’est ce que je vais essayer de vous expliquer dans le quatrième épisode.
En attendant, je vous dis à bientôt
Tchao !!!

Le scandale de l’arboriculture.
Voila un très vaste sujet qui est le pilier de ma démarche de cueillette à la ferme et de la création de 30centimes.com.
Avant de vous en parler, je vous vous dire que la production de fruits “a payé” comme l’on dit dans le monde agricole. Mais il y a 15 ou 20 ans, lorsque les coûts de production étaient bien plus bas et que les prix de vente étaient bien plus hauts. Mais depuis, beaucoup de choses ont changé et la tendance s’est inversée pour devenir catastrophique depuis plusieurs années.
Aborder les causes de ce changement serait trop compliqué ici. Même si je suis à votre disposition pour le faire si vous me le demandez.
En revanche, je souhaite vous parler des résultats que je constate aujourd’hui. Des conséquences qui impactent grandement mon métier d’arboriculteur mais qui impactent aussi les consommateurs dans leur demande à manger des fruits de qualité à des tarifs raisonnables.
Je m’explique.