Car oui, je cherche ma guillotine.
Pour trancher le coup à tous ces marchands qui utilisent le bio pour s’enrichir toujours plus ?
Non…bien-sûr…j’exagère un peu.

Car à défaut de tête, c’est bien mes bras qui m’en tombent à la lecture de cette enquête édifiante menée par l’association “QUE CHOISIR” dont vous trouverez un extrait ici (exemple : +149% de marge en plus que le conventionnel. Rien que ça!)

Reprenons très rapidement l’histoire pour ceux qui se seraient endormi(e)s devant la télé.
1 – Il y a 40 ans (environ), les marchands ont compris que les paysans ne voulaient pas vendre le fruit de leur travail.
2 – Depuis, ils se sont plutôt bien organisés puisqu’ils contrôlent presque tout aujourd’hui. Allant même à orienter nos productions vers des chemins pas très qualitatifs (je me retiens) pour avoir des courbes de profits encore plus tendues vers le haut.
3 – Aujourd’hui, bien-sûr, ils en n’ont pas encore assez. Alors à quoi pensent-ils dans leurs jolis bureaux cossus affublaient de leurs non moins magnifiques costards soigneusement repassés ? Et bien, le moyen de faire encore plus de profits et cette fois sur le dos du bio.
Il fallait y penser…Et bien non. Eux, ils ne pensent pas. Ils réfléchissent, ils analyses, ils modélisent, ils planifient, ils innovent, ils engrangent.

 Tout cela, vous l’aurez compris, au détriment des producteurs, des consommateurs, de l’éthique bio, de la qualité de la nourriture, de la santé des plus pauvres et de bien d’autres choses qui ne les préoccupes pas pour le moins du monde.

En gros, sans vouloir remplacer Mme SOLEIL (paix à son âme puisqu’elle est au ciel), je crois qu’ils nous prennent vraiment pour des imbéciles (je me retiens encore). Mais rien de bien nouveau…

Et avec tout ça, on fait quoi ?
On les laisse faire ?
On applaudit et on avale sans ronchonner ?

Moi, je vois encore une bien bonne raison pour s’organiser et contourner tous ces marchands de mauvaise augure en favorisant les circuits courts. Notre cueillette à la ferme est encore un bel exemple de cette guerre que nous allons mener tous ensemble. Une guerre sans violence. Juste un grand vent de récolte qui se lève…

A très vite.
Laurent

Facebook